Header Ads

Fuites au bac : une enquête après de nouveaux soupçons

Un élève lit les sujets de l'épreuve de philosophie du baccalauréat 2011, le 16 juin 2011 au lycée Camille Sée, à Paris

Après la fuite d'un sujet de mathématique du bac, le ministère de l'Éducation a détaillé comment la notation des candidats va être revue. D'autres soupçons de fuite portent sur des épreuves d'anglais et de physique de la série S et de celle d'histoire-géographie en ES.


Après le scandale créé par une fuite à l'épreuve de mathématiques du baccalauréat scientifique (S), de nouvelles rumeurs de fraude font peser un climat de suspicion sur l'édition 2011 de l'examen. Le ministre de l'Éducation nationale, Luc Chatel, a annoncé jeudi matin l'ouverture d'une enquête administrative sur des soupçons de fuites révélés par RTL et qui concerneraient les épreuves d'anglais et de physique de la série S et celle d'histoire-géographie de la filière économique et sociale (ES). Le site internet de la radio reproduit deux captures de SMS qu'un de ses reporters a récupéré le portable d'un lycéen à Paris. Ces SMS donnaient mardi soir un sujet d'anglais et les sujets de physique sur lesquels les élèves de S ont planché mercredi matin. Une des grandes organisations de lycéens, la Fidl, a demandé mardi soir que «toute la lumière soit faite» sur ces rumeurs.

Pour Luc Chatel, ce ne sont bien que des rumeurs à ce stade. «Je n'ai pas d'informations qui confirment ces éléments. Mais il faut faire la part des choses entre les faits et les rumeurs. Les faits, c'est ce qui s'est passé lundi soir. C'est-à-dire qu'un des quatre exercices de mathématiques est sorti sur internet. Ça, c'est avéré», a-t-il affirmé jeudi matin sur RTL. Il a par ailleurs annoncé avoir demandé à l'Inspection générale de l'administration de l'Éducation nationale un rapport sur l'organisation du baccalauréat et la sécurisation des épreuves.
«Les coupables seront sanctionnés»

Revenant sur sa décision de maintenir l'épreuve de mathématiques en ne notant les candidats que sur trois exercices au lieu de quatre, Luc Chatel a estimé qu'«il aurait été injuste de faire repasser l'épreuve aux 165.000 élèves concernés». «Il fallait réagir puisqu'il y avait rupture d'égalité entre les candidats et j'ai pris la décision qui permettait de léser le moins possible les candidats», s'est-il justifié, avant d'apporter des précisions sur la nouvelle notation de l'épreuve. «Les quatre points du premier exercice seront répartis sur les exercices 2 et 3 de l'épreuve car nous avons fait hier (mercredi) des sondages, des prélèvements de copies-test et ce sont les exercices que les candidats ont le mieux réussis», a-t-il indiqué. Selon les informations recueillies par RTL, l'exercice 2 devrait passer de 4 à 6 points et le troisième de 7 à 9 points. Le quatrième resterait à 4 points.

Enfin, concernant la note finale obtenue à l'issue de l'ensemble des épreuves, Luc Chatel a annoncé que des «instructions» ont été données au jury «afin qu'il examine au cas par cas toutes les situations». Des consignes de bienveillance ont ainsi été transmises pour les élèves qui, avec une note finale comprise entre 7 et 8, seraient par exemple susceptibles de passer l'oral de rattrapage ou pour ceux qui, ayant obtenu entre 9 et 10, se rapprocheraient de la moyenne leur permettant de décrocher le précieux sésame.

«Je ne doute pas un instant que le ou les coupables seront sanctionnés», a encore ajouté Luc Chatel. Le responsable de la fuite au sujet de mathématiques encourt une peine de trois ans de prison et 9000 euros d'amende.
«Le ministre a porté atteinte au principe d'égalité»

La décision du ministre de faire noter les élèves sur seulement trois exercices au lieu de quatre a soulevé la bronca de l'Association des professeurs de mathématiques, d'une association des parents d'élèves (FCPE), des syndicats Fidl et UNL et surtout de nombreux lycéens. Un premier recours a été déposé jeudi devant le Conseil d'État, a annoncé l'institution, confirmant une information d'Europe 1. «Nous contestons car selon les candidats, il se peut que certains aient commencé par cet exercice, réputé facile, et y aient consacré beaucoup de temps, en espérant donc une très bonne notation. Or, la décision du ministre aura pour effet de ne pas avoir l'évaluation attendue de ces étudiants, dont ma cliente», a indiqué à la radio Me David Doukhan, qui a été saisi par la mère d'une des candidates au Bac S et dont la note de maths au bac est très importante.

«Nous considérons que le ministre a porté atteinte au principe d'égalité, une valeur constitutionnelle, qui doit être respecté tant dans les concours que dans les examens», a expliqué l'avocat. Alors que les correcteurs ont déjà commencé leur travail de notation, il revient maintenant au conseil d'État d'apprécier l'urgence de cette requête.
Con tecnología de Blogger.